Quelles sont les villes les plus attractives à la fin de l’année 2021 - 04/10/2021

La réponse à cette question a profondément évolué au cours des deux dernières années. La Covid-19 n’y est pas pour rien !

Avec 1,13 millions de transactions immobilières enregistrées en mai, l’année 2021 constitue certainement une année record dans ce domaine. Tendance qui, malgré les difficultés sur le marché de l’emploi, est soutenues par une baisse de 24 points de base des taux d’intérêts pour les emprunts bancaires. Si l’on compare avec la situation d’avant crise, l’on constate la même chose : en 2019 l’augmentation des prix de l’immobilier était de 4,7%, elle est en moyenne de 5,7% en 2021 ...  en province ! Eh oui ! Contrairement à d’habitude, ce n’est plus ni Paris, ni l’Île-de-France en général qui connaissent les plus fortes hausses (on pourrait même dire qu’ils sont les plus à la traîne), mais bien les villes de province. En 2021, ce sont les agglomérations de taille moyenne qui ont la cote !

Concrètement, si l’on évalue l’attractivité des villes françaises à partir de l’évolution du prix des appartement durant le premier trimestre 2021, l’on constate que :

  • Les villes les moins attractives de France sont désormais: Paris (+1,7%), Bourges (-4,7%), Grenoble (-0,5%), Marseille (+1,9%), Amiens (+3,6%) et Nice (+4,3%). Quelques grandes surprises donc !
  • En parallèle, les villes considérées comme les plus attractives sont désormais: Metz (+10,2%), Nancy (+10,6%), Bayonne (+14,8%), Limoges (+10,3%) Poitiers (+17,5%), Tours (+10,6%) et Caen (+16,2%).

Est-ce pour autant le bon moment pour vendre ? Il est extrêmement difficile de répondre à cette question. En effet, la tendance est relativement récente. Il n’est pas dit que la fin de la crise sanitaire y mette un terme, ni qu’elle la confirme. Une chose est sûre, l’immobilier est de moins en considéré comme un placement financier pure et davantage comme un véritable lieu de vie. Les bailleurs l’ont d’ailleurs bien remarqué cette année, les prix de vente augmentent beaucoup plus vite cette année que les prix des loyers. 


« Retour aux actualités
Les diagnostics immobiliers